Accueil » La grossesse » Les principaux syndromes suivant l’accouchement

Les principaux syndromes suivant l’accouchement

vendredi 18 janvier 2008, par klelugi


Les derniers commentaires

  • bebe arrive, choisir le bon lit bebe

    Bonjour à tous,

    Je trouve cet article intéressant et je voulais réagir à ce sujet.
    Je vais être maman d’un petit Noah le 12 Aout prochain et j’ai passé beaucoup de temps à chercher LE lit idéal pour mon loustique.

    J’ai finalement craqué pour un lit évolutif en forme d’oeuf de chez Songes et Rigolades, je le trouvais très original et le côté "l’enfant garde son lit jusqu’à ses 6 ans" était très avantageux pour plusieurs points : Economie car achat d’un seul lit et surtout je pense que mon loulou ne sera pas perdu car je transformerai son lit en "lit de grand" car ça sera celui qu’il aura toujours connu..

    Voila je pense que les lits évolutifs sont vraiment un bon créneau à prendre :-)

  • temoignage Baby-speaking

    Pourrais je avoir le retour de parents qui ont fait appel aux services de cette société ?

    j’investigue actuellement pour la rentrée de septembre prochaine,
    Merci !
    Delphine

  • Cameleon Denim Red Bugaboo, la poussette idéale pour votre bébé

    Bugaboo vient de lancer une nouvelle édition limitée Denim, sur le nouvelle Bee+ et sur la Cameleon.
    Les habillages et capotes sont en tissu jean Denim.
    A découvrir notamment chez Théo des Collines

  • Bien choisir les jouets de bébé

    Un bon jouet est un jouet qui suscite l’envie de découvrir, d’apprendre, de s’amuser.

    Un bon jouet et un jouet qui répond aux normes de sécurité dans une fabrication soignée.

    Un bon jouet est un jouet que l’enfant va choisir, s’approprier pour un temps précis, selon son âge, sa personnalité, ses goûts, ses préférences.

    Les Bons Jouets donneront à l’enfant l’envie et la liberté de jouer à d’autres jeux encore.

    Plus besoin de jeter les jouets, il suffit d’en changer.

  • Arrivée à la maternité : comment s’y préparer ?

    En complément à cette article, vous trouverez sur cette page une liste des démarches administratives à la naissance d’un enfant

    Liste des démarches administratives à la naissance d’un enfant

    En espérant que cela vous aide.

On aborde ici les catégories postnatales classiques (blues, dépression non psychotique et psychose puerpérale) repérées pour l’essentiel comme troubles de l’humeur, mais aussi les autres syndromes psychiatriques dans leur rapport à cette période.


Blues

La dysphorie du blues apparaît le plus souvent vers les quatrièmes ou cinquièmes jours suivant l’accouchement et probablement affecte peu la majorité des femmes. La persistance de symptômes au-delà de 2 semaines doit amener à reconsidérer le diagnostic, car une petite proportion de blues évolue vers une dépression caractérisée. La banalité du blues du post-partum ne conduit cependant pas le médecin à négliger son évolution. En effet, la sévérité de l’altération de l’humeur dans les jours qui suivent l’accouchement se révèle un élément fort de prédiction de dépression caractérisée ultérieure.

Dépression postnatale non psychotique

La dépression postnatale non psychotique affecte une femme sur 10 ou 20, soit ni plus ni moins que dans la population générale de même âge. Elle peut suivre un blues postnatal ou se développer insidieusement après 3 semaines. Elle se révèle souvent anxieuse ou agitée. Les spécialistes avaient constaté que les femmes hospitalisées dans le passé pour dépression rechutaient sur le même mode dans les 3 mois suivant leur accouchement 100 fois plus souvent que les autres femmes. Il est reconnu aujourd’hui que des antécédents de troubles de l’humeur, de traumatisme ou de tension chronique, de même qu’une altération thymique prénatale, en rendent plus probable la survenue. Une dépression postnatale rechute dans la majorité des cas lors de la grossesse suivante. De même que les dépressions anténatales, les dépressions postnatales restent majoritairement méconnues. Dans le même temps, la prévention et le traitement précoce des dépressions des pères dans la périnatalité (mieux connues aujourd’hui) bénéficient non seulement à eux-mêmes mais aussi à leurs compagnes et leurs enfants.

Psychose puerpérale

La psychose puerpérale, trouble postnatal rare (moins de deux accouchements sur 1 000) n’échappe pas aux médecins, alertés et avertis qu’ils sont de sa gravité. Les épisodes peuvent présenter une allure plus mélancolique, maniaque ou dissociée selon les cas, mais ils relèvent pour l’essentiel de troubles affectifs n’évoluant pas vers une schizophrénie. Près des trois quarts des femmes rechutent sur le même mode lors des grossesses suivantes.

Le post-partum précipite avec force les survenues d’épisodes maniaques ou dépressifs de la maladie bipolaire. Plus d’une malade touchée de bipolarité affective sur trois développerait un épisode postnatal. En général, cette phase critique survient peu après l’accouchement. Le risque s’accroît chez les primipares dont seulement un quart échapperaient à un épisode. La jeunesse de la parturiente, son manque de soutien social, notamment en cas d’absence de conjoint, comme la difficulté à contrôler la maladie, en particulier à la veille de la grossesse, contribuent aussi aux rechutes.

Grossesses à risque pour le développement psychique de l’enfant

Essentiellement deux types d’étiologie déterminent ce danger : l’organicité innée (génétique ou non) et la sphère des traumatismes psychiques comme par exemple : les événements violents pour le psychisme quand ils entrent en résonance avec des fondamentaux de la subjectivité humaine et inducteurs dès lors de distorsions dans le développement du sujet en mal de réponse psychique adaptative appropriée.




Sous-rubriques


Retrouvez toutes vos astuces bébé sur Titange cnil n°1167279  © Interactive Promotion